Aller au contenu principal

L’hypnose pour soigner les troubles psychiatriques sévères

Les outils hypnotiques dans les cas les plus décourageants

Main vers le ciel
Support de congrès ∙ Auto-hypnose - Créativité - Psychiatrie

Certains patients sont particulièrement difficiles à soigner, d’une part par la sévérité de leurs troubles et de leur souffrance morale,
et par la rareté de leurs ressources (entourage, réussites, passions…).
Les patients pour lesquels les résultats thérapeutiques sont les plus minces, voire inexistants, ont aussi tendance à susciter du
rejet de la part des soignants, car ils nous renvoient à notre impuissance à les aider.
Lorsque je démarrais mon internat de psychiatrie, en secteur fermé de psychiatrie, j’ai pu rencontrer des situations pour lesquelles
les collègues avaient essayé des prises en charges classiques, sans réel succès. Mon chef de service m’a alors confié le soin de
quelques-uns de ces patients décourageants.

À travers trois cas cliniques et plusieurs exercices de démonstration, l’objectif sera de raconter comment les outils hypnotiques
peuvent aider dans ce genre de situations.
Les trois patients qui seront présentés souffraient de :
• Autisme, avec handicap intellectuel et retard de langage, avec comportement auto et hétéro agressif
• Handicap intellectuel sévère, avec troubles du comportement, agressivité, idées délirantes, paralysie d’origine conversive,
escarres
• Trouble dépressif sévère, avec plusieurs passages à l’acte suicidaires graves et répétés, sans aucun entourage mobilisable
La même stratégie d’intervention a été utilisée dans d’autres situations qui ne seront pas présentées sauf si le temps le permet
(hystérie, troubles anxieux…).

Exercices pratiques

• Exercice sur l’envie de soigner les patients difficiles
• Exercice sur construire plus d’espoir positif
• Exercice d’acceptation des limites

Objectifs

• Retrouver l’espoir en la capacité de changement des patients difficiles
• Établir une stratégie d’action dans les situations décourageantes
• Accepter ses propres limites une fois que celles-ci sont atteintes